Acerca de

Professeur(e)

L'invitation

ÉLÈVE : Quelle est cette inscription?

ENSEIGNANT : Misapart.

ÉLÈVE : Qu’est-ce que ça veut dire?

ENSEIGNANT : Il s’agit d’un appel.

ÉLÈVE : Un appel à tous?

ENSEIGNANT : Si l’on veut, mais ce ne sont pas tous qui y répondent.

ÉLÈVE : Et comment doit-on y répondre?

ENSEIGNANT : C’est à toi de le découvrir mais, pour le découvrir, il faut premièrement t’arrêter (Psaume 46 :10)..

ÉLÈVE : M’arrêter! Et pourquoi où juste?

ENSEIGNANT : C’est à toi de le découvrir. Si tu ne t’arrêtes, tu ne peux entendre.

ÉLÈVE : Entendre quoi?

ENSEIGNANT : La voix.

ÉLÈVE : La voix de qui?

ENSEIGNANT : Du Créateur.

ÉLÈVE : Comment entendre celui que l’on ne voit pas?

ENSEIGNANT : Est-ce que tu as déjà vu le vent?

ÉLÈVE : Quelle question! Bien sûre que non.

ENSEIGNANT : Pourtant tu l’entends.

ÉLÈVE : Bon point, je n’y avais pas pensé.

ENSEIGNANT : Est-ce que tu as déjà vu le vent?

ÉLÈVE : Le vent ne se voit pas. C’est son effet qui est visible.

ENSEIGNANT : Personne n’a jamais vu Dieu mais sa création parle de lui (Jean 1 :18; Romains 1 :20).

ÉLÈVE : Et combien de temps doit-on s’arrêter pour entendre la voix de Dieu?

ENSEIGNANT : Le temps du voyage.

ÉLÈVE : De quel voyage parles-tu?

ENSEIGNANT : De notre séjour sur terre.

ÉLÈVE : Mais nous ne l’avons jamais quitté.

ENSEIGNANT : Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit (Jean3 :6). Nous ne sommes que des étrangers sur cette terre.

ÉLÈVE : Mais tu es humain tout comme moi. Pourquoi prétends-tu être étranger? Est que tu proviens d’une autre planète?

ENSEIGNANT : Je ne suis qu’ambassadeur sur cette terre (2 Corinthiens 5 :20). Ma véritable demeure est dans les cieux (Éphésiens 2 :19).

ÉLÈVE : Ambassadeur! Mais avec quelle mission?

ENSEIGNANT : Celle de réconcilier les hommes avec Dieu (2 Corinthiens 5 :18-20).

ÉLÈVE : Tu parles comme si l’homme serait en discorde avec Dieu.

ENSEIGNANT : Un soldat qui n’obéit pas à son commandement est en rébellion contre celui-ci. Ainsi en est-il de tout homme qui n’obéit pas à Dieu.

ÉLÈVE : Si je suis ton raisonnement, mon péché serait un acte de rébellion.

ENSEIGNANT : Le péché résulte de l’affection de la chair ou des biens matériels. Si l’on préfère les choses du monde à la loi de Dieu, nous sommes en inimitié contre Dieu (Romains 8 :7).

ÉLÈVE : Et où se trouve la loi de Dieu?

ENSEIGNANT : Dans le cœur de ceux qui le craignent (Hébreux 8 :10; Psaume 119 :11).

ÉLÈVE : Oui, mais tu m’as dit toi-même que personne n’a jamais vu Dieu.

ENSEIGNANT : Personne sauf le Fils, lui, l’a fait connaitre (Jean 1 :18).

ÉLÈVE : Et qui est ce Fils?

ENSEIGNANT : Jésus que l’on appelle le Christ.

ÉLÈVE : Et comment savoir qu’il dit vrai?

ENSEIGNANT : Parce qu’il a accompli dans les moindres détails ce que les prophètes ont annoncé des siècles avant sa venue sur terre.

ÉLÈVE : On peut tous lire un livre puis réaliser ce qui était annoncé dans le livre.

ENSEIGNANT : Lorsque ce qui est annoncé ne dépend que de nous, oui. Mais nous ne pouvons pas contrôler les actions des autres, encore moins de ceux qui nous haïssent.

ÉLÈVE : D’accord, mais qu’est-ce qui le rend si spéciale par rapport à tous les autres prophètes?

ENSEIGNANT : Il est ressuscité des morts le 3e jour tel qu’il l’avait annoncé.

ÉLÈVE : Peut-être ses admirateurs ont tout simplement volé son corps?

ENSEIGNANT : Aucun d’eux n’est revenu sur son témoignage et tous sont morts martyrs.

ÉLÈVE : Combien l’ont vu?

ENSEIGNANT : Il a été vu par plus de cinq cents hommes à la fois (1 Corinthiens 15 :6).

ÉLÈVE : Ce qui rend impossible une hallucination commune…

ENSEIGNANT : Sans la foi, il est impossible de plaire à Dieu. Il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent (Hébreux 11 :6).

ÉLÈVE : Et comment avoir la foi?

ENSEIGNANT : La foi vient de ce que l’on entend (Romains 10 :17).

ÉLÈVE : Et si l’on n’entend pas?

ENSEIGNANT : Pour entendre, il faut s’arrêter et chercher. Dieu dit que vous me trouverez, si vous me cherchez de tout votre cœur (Jérémie 29 :13).

ÉLÈVE : Et combien de temps faut-il attendre?

ENSEIGNANT : Le temps d’être prêt.

ÉLÈVE : D’être prêt à quoi?

ENSEIGNANT : D’être prêt à tout… tout abandonner pour entendre la voix de Dieu et le suivre.

ÉLÈVE : Ceci peut être long.

ENSEIGNANT : C’est l’appel ultime. Le seul qui soit véritablement important et que l’on ne doit pas manquer. Que sert-il à un homme de gagner le monde s’il perd son âme (Marc 8 :37)? Que donnerait un homme en échange de son âme (Matthieu 16 :26)?

ÉLÈVE : Misapart, c’est un endroit?

ENSEIGNANT : C’est un endroit reculé, isolé, séparé.

ÉLÈVE : Un endroit désert?

ENSEIGNANT : Le meilleur façon d’entendre la voix de Dieu est de taire les autres voix.

ÉLÈVE : Et qui va à cet endroit?

ENSEIGNANT : Ceux qui cherchent la vérité, qui veulent connaître Dieu et répondre à son appel.

ÉLÈVE : Et comment trouvent-ils l’endroit?

ENSEIGNANT : Par le bouche à oreille, par une rencontre, par un témoignage… par un appel… en suivant la voix.

ÉLÈVE : Comme moi dans ce moment?

ENSEIGNANT : Comme toi en ce moment.

ÉLÈVE : Est-ce que je suis appelé?

ENSEIGNANT : Qu’est-ce que ton cœur te dit? Est-ce que tu entends sa voix? Est-ce que tu entends l’appel?

ÉLÈVE : Est-ce qu’il y a de la place où rester?

ENSEIGNANT : Il y a plusieurs accommodations, des chambres et lieux de détente.

ÉLÈVE : Et combien en coute-t-il pour y demeurer?

ENSEIGNANT : Un engagement d’un an.

ÉLÈVE : C’est beaucoup.

ENSEIGNANT : Et encore rien comparé à l’éternité.

ÉLÈVE : Tu parles comme si ma destinée en dépendrait.

ENSEIGNANT : Il n’en demeure qu’à toi.

ÉLÈVE : Je ne suis pas maître de ma destinée.

ENSEIGNANT : Et si ta destinée t’a conduit ici en ce moment?

ÉLÈVE : Qu’est-ce que tu entends?

ENSEIGNANT : Et si ta destinée se résumait en un choix?

ÉLÈVE : Et quel choix serait-ce?

ENSEIGNANT : De suivre Dieu où lui tourner le dos.

ÉLÈVE : Je ne suis pas certain que Dieu existe.

ENSEIGNANT : Est-ce que tu es prêt à prendre un risque?

ÉLÈVE : Le risque qu’il n’existe pas?

ENSEIGNANT : Où le risque qu’il existe?

ÉLÈVE : Comment le saurais-je? Je préfère ne pas y penser.

ENSEIGNANT : Est-ce que le fait que tu n’y penses pas changera quoi que ce soit à l’existence ou non de Dieu?

ÉLÈVE : Non, je ne crois pas.

ENSEIGNANT : C’est donc que tu prends un risque?

ÉLÈVE : Et comment le savoir?

ENSEIGNANT : Viens et vois!

ÉLÈVE : Voir quoi?

ENSEIGNANT : Un nouveau chemin, la vérité, la vie…

ÉLÈVE : Maintenant?

ENSEIGNANT : Aujourd’hui est le jour du salut!

ÉLÈVE : Je ne peux pas.

ENSEIGNANT : Bien sûre que tu le peux. Il ne s’agit que d’un choix.

ÉLÈVE : En fait, je ne sais pas si je devrais…

ENSEIGNANT : Et comment le sauras-tu si tu ne fais pas le premier pas?

ÉLÈVE : Est-ce mon appel?

ENSEIGNANT : Comment le savoir si tu n’entends pas sa voix? Comment entendre sa voix si tu ne viens pas? Comment venir si tu ne changes pas de chemin?

ÉLÈVE : Le chemin.

ENSEIGNANT : Le chemin de l’éternité.

Et voici comment tout a commencé. Une simple question sur un mot puis ma vie a basculé. Mon avenir s’est présenté devant moi. Était-ce absurde de se laisser absorber par ce discours? Devais-je me retirer afin de prendre une pause pour prendre en main ma destinée? Était-ce un mythe, une illusion? Pouvais-je prendre le risque de ne pas savoir? Est-ce que cette discussion me hanterait jusqu’à la fin de mes jours? Est-ce que je me questionnerais continuellement à savoir ce qui serait arrivé si j’avais joint le pas? Puis-je me permettre de manquer mon appel?

Rien de ce séjour n’a été ordinaire. Les lieux, les rencontres, le message, la voix, l’appel, le sens de la vie, ma destinée, l’éternité! J’ai retranscrit dans mon carnet chacune de mes rencontres afin de me rappeler mon séjour, afin que mes notes puissent servir de témoignage aux générations à venir et que je puis vous rencontrer, lecteurs, sur le chemin de l’éternité.